Scooter 125 en détails

Cet article es il utile ?
Vous pouvez voter
[Total: 1 Average: 5]

JE VEUX UN BON SCOOTER 125 CITY, QUEL MODÈLE DEVRAIS-JE ACHETER ?

Aujourd’hui, nous allons parler des principaux 125 scooters qui sont en vente dans notre pays, un segment qui n’a cessé de croître ces dernières années, en particulier avec la validation de la carte A1 avec trois ans de carte B. 125 scooters sont les véritables reines de la ville dans leur propre droit. si vous voulez d’autres infos sur le permis scooter, cliquez ici

Je ne vois pas d’alternative de transport personnel plus rapide, plus pratique, plus flexible et plus économique pour la jungle urbaine qu’une de ces petites motos de 125 cc. Sur le marché il y a une infinité de modèles car aux fabricants traditionnels japonais et coréens se sont ajoutés un nombre infini de marques chinoises peu connues mais qui dans certains cas offrent des produits de qualité à des prix sans concurrence.

Pour faire la lumière sur cette question aujourd’hui, nous allons parler des principaux modèles que l’on peut trouver dans ce segment. J’ouvre une parenthèse pour dire qu’il y a beaucoup de 125 scooters, mais aujourd’hui nous allons nous concentrer sur ceux qui ont un côté aussi pratique et citoyen que possible. C’est-à-dire : des motos simples et abordables, qui ont tendance à être les plus petites, les plus maniables et les plus légères, et qui sont donc idéales pour affronter la circulation urbaine.

C’est pourquoi, pour le moment, nous allons mettre de côté les propositions les plus importantes, ambitieuses, coûteuses et rechargées de la plupart des fabricants, car en principe, un maxiscooter de 125, bien que valable, n’est pas la meilleure option pour aller travailler et acheter du pain chaque jour.

Honda PCX

Nous avons commencé avec la Honda PCX 125, une moto que les Japonais ont vendue comme des churros ces dernières années et qui a récemment été mise à jour. Tant par le prix que par l’équipement technologique est un modèle qui est un pas au-dessus du reste des motos de cette liste, mais étant donné son importance sur le marché, nous ne voulions pas cesser de l’inclure dans ces lignes.

La Honda PCX est une proposition très équilibrée et offre un prix de vente abordable (3 070 euros) et très raisonnable si l’on tient compte de la haute qualité du modèle, de sa consommation pyrrhique de 2,1 litres à 100 km et d’une image et technologie d’avant-garde grâce à des éléments comme l’éclairage stop&start ou full LED.

Le PCX 125 est la proposition simple mais technologique des Japonais. Avec un poids en ordre de marche de seulement 130 kg et des jantes de 14 pouces, c’est une moto raisonnablement agile. Ses hauteurs mesurées pour une moto : 1,92 mètres de long et 745 mm de large, mais toujours l’un des plus beaux appareils de notre collection. Il dispose d’un système de freinage ABS moderne et d’un étrier de frein avant à deux pistons.

En général, il s’agit d’un modèle très bien fini, ce qui peut être apprécié dans la qualité de l’instrumentation ou dans les différentes finitions telles que les plastiques du carénage ou dans le revêtement. Sous le siège se trouve un espace généreux dans lequel vous pourrez mettre un casque sans problème. Le principal inconvénient de ce vélo est le pont surélevé entre le siège et le bouclier avant qui ne permet pas de transporter facilement les sacs ou autres paquets entre les jambes, un détail qui nuit à son aspect pratique.

Honda Vision 110

La Honda PCX est une chulada, mais si vous ne pouvez pas étirer votre budget autant, les Japonais ont aussi un scooter plus simple et plus abordable dans le catalogue, le Honda Vision 110. 2.250 euros vous obtenez un vélo avec le pack de base mais a toujours le label de qualité Honda.

La Honda Vision laisse de côté les prouesses technologiques de sa sœur et nous offre une proposition beaucoup plus traditionnelle. L’éclairage est composé d’ampoules à incandescence d’antan, tandis que le tableau de bord est beaucoup plus simple et analogique : indicateur de vitesse et jauge à essence. Même le compteur kilométrique est la roulette, de toute vie. Au moins, lors de la dernière mise à jour du modèle, les Japonais l’ont également équipé du système stop&start.

La mécanique est assurée par un simple moteur monocylindre refroidi par air à deux soupapes. Un moteur très simple que peu de maux de tête peuvent donner et dont l’entretien et les réparations sont les plus abordables. Cette mécanique est assez similaire à celle d’une tondeuse à gazon du fabricant japonais. Technologie antédiluvienne, mais une efficacité plus que testée et prouvée.
Eroga modeste 9 ch de puissance, mais comme la moto est très simple et se passe de beaucoup d’éléments tels que radiateur, pompe à eau, manches, etc…… pèse une pyrrhus 102 kg en ordre de marche, il ya donc plus de puissance suffisante pour déplacer le tout et atteint rapidement des vitesses d’environ 80 km / h, dont le temps et commence à coûter davantage. La pointe est située à environ 105 km/h, alors que l’entretien se fait tous les 4 000 km, comme sa sœur.

La consommation est encore plus faible que celle du PCX. Homologa 1,8 l/100 km, parce qu’avoir moins de pièces mécaniques pèse également moins et a moins de friction interne. Bien que la mécanique ne soit pas un prodige technologique, elle est capable d’atteindre des moyennes très frugales. Le réservoir est de 5 litres et donne pour environ 290 km. Pour réduire les coûts, l’ABS est remplacé par un simple système de freinage combiné (CBS), tandis que l’étrier avant est à un seul piston.

Contrairement au PCX, le Vision dispose d’une plate-forme plate pour supporter les pieds, ce qui facilite l’accès et le transport de certaines choses, ce qui est toujours apprécié car les vélos ne prennent pas trop de place. Le Honda Vision 110 a également un trou généreux sous le siège où placer un casque intégral et a même une petite boîte à gants dans le bouclier avant.

Grâce à son poids ridicule, sa roue avant de 16 pouces et surtout sa petite et compacte de -1,925 mm de long et seulement 690 mm de large, c’est à mon avis le vrai scooter de combat Honda, un vélo que vous pouvez garer dans la rue, que vous pouvez faire tomber au sol de temps en temps sans souffrir et surtout avec le courant comme du poisson entre ce flot infini de voitures bloquées.

Piaggio Liberty 125

Piaggio ne pouvait pas manquer dans notre liste de scooters urbains. Le constructeur italien est un spécialiste de ce segment et dispose d’une gamme très variée, sans compter qu’il est propriétaire de la marque Vespa, qui a inventé le concept du scooter à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Dans le vaste catalogue du constructeur italien, nous avons voulu mettre en avant la Piaggio Liberty S 125, le modèle le plus intéressant que Piaggio ait dans sa gamme, car il nous offre une moto impressionnante pour seulement 2.200 euros. Parler de la Liberté, c’est parler de toute une institution dans le monde du scooter.

La saga est avec nous depuis plus de 20 ans et a fait partie de nombreuses flottes commerciales telles que le service postal ou la livraison de nourriture à domicile. Liberty est de la « viande de chien » et peut faire face sans problème aux abus les plus insoupçonnés et aux utilisations les plus exigeantes. Tu mets de l’essence dans le réservoir, ça va continuer à marcher.

La dernière génération défend cette philosophie, mais elle s’est beaucoup affinée tant sur le plan esthétique que sur le plan technologique et du plaisir d’utilisation. Ses lignes sont purement italiennes, simples mais agréables et suggestives. Toutes ses formes ont un sens. Les feux diurnes à diodes électroluminescentes sur le bouclier avant se distinguent, tandis que les feux de croisement sont encore incandescents.

Le Piaggio Liberty est un vélo bien fini malgré ses origines modestes. L’instrumentation combine un grand indicateur de vitesse analogique avec un écran LCD multi-information. Les plastiques, le chrome et en général toutes les finitions ont une bonne qualité perçue et ne donnent pas l’impression d’être devant une moto bon marché.

Le moteur est le célèbre monocylindre i-get qui équipe également d’autres modèles du groupe. Elle se distingue par sa culasse à trois soupapes et par sa puissance de 11 CV, bien qu’elle soit refroidie par air. La contrepartie est la consommation de carburant. Homologa 1,9 litres à 100 km, bien que dans le monde réel vous devez ajouter 0,8 litres de plus à ce chiffre pour rouler en valeurs réalistes. Lorsque le Liberty gagne par un glissement de terrain est dans la section de sécurité, car il a un système ABS complet pour la roue avant tandis que l’étrier de frein est à deux pistons.

Comme il s’agit d’un scooter avec une roue haute ne laisse pas beaucoup d’espace dans la poitrine sous le siège, mais pour compenser a une boîte à gants avec couvercle dans l’écran avant. Le plancher plat permet également d’augmenter le confort et la capacité de charge. Ses dimensions sont vraiment compactes -1.945 mm de long par 690 mm de large, ce qui est idéal pour passer à travers n’importe quel trou.

L’entretien est un autre de ses points forts, car il a une révision dans laquelle seuls les niveaux de contrôle tous les 5.000 km, tandis que vous aurez à Voyage 10.000 pour avoir à aller changer l’huile. Bref, la Piaggio Liberty 125 est une moto d’un excellent rapport qualité/prix dont peu de gens peuvent se débarrasser. L’inclusion de l’ABS de série sur un vélo de ce prix est un succès et peut-être un facteur différentiel dans le choix d’un de ces modèles.

Peugeot Tweet 125

Peugeot est un autre constructeur spécialisé dans le segment des scooters. Le constructeur français dispose d’un vaste catalogue qui satisfera un grand nombre de clients car il dispose de modèles et de coûts plus équipés et d’autres plus modestes et abordables. Nous voulions mettre en avant la Peugeot Tweet 125, qui s’inscrit parfaitement dans notre philosophie de banlieue, un véhicule conçu pour se déplacer tous les jours au travail et se déplacer efficacement dans la ville.

La Peugeot Tweet 125 peut être achetée au prix de 2 200 euros et est largement en concurrence avec la Piaggio Liberty 125 S. C’est un vélo simple, mais d’apparence soignée, de goût très européen. Le Tweet se distingue par ses deux roues de 16 pouces qui le rendent plus mince que ses principaux concurrents mais qui pénalisent l’espace sous le siège.

Mécaniquement, il est animé par un monocylindre à deux soupapes refroidi par air qui délivre 10 ch de puissance. Il homologue une consommation de 2,8 l/100 km, alors que la vitesse maximale reste à 95 km/h selon le constructeur. La consommation quelque peu élevée pénalise l’autonomie, qui reste aux portes de 200 km.

Il pèse 120 kg en ordre de marche et dans ce cas, nous devons nous contenter d’un système de freinage combiné au lieu de l’ABS. Leurs hauteurs sont également extrêmement réduites et avec 69 cm de large, vous pourrez passer à travers les trous les plus insoupçonnés et les plus étroits que vous trouverez sur votre chemin. En général, la Peugeot Tweet est un peu en retard sur sa voisine transalpine et si vous choisissez l’une d’entre elles sera donc plus pour des raisons esthétiques, car avec les chiffres froids dans la main est difficile de justifier leur achat.

Yamaha D’elight

Nous regardons à nouveau vers l’est, en particulier vers la signature d’Iwata. Yamaha n’a pas un grand catalogue de scooters ni beaucoup de tradition dans ce segment au-delà de l’ancien Aerox and Jog 2T 50 cm3, segment de la couche tombé ces dernières années. Cependant, dans son catalogue, il y a une perle cachée dont peu ont entendu parler : la Yamaha D’elight. Note à l’équipe marketing de Yamaha : veuillez chercher un nom plus prononçable, mémorable et accrocheur pour les futures révisions du modèle.

Noms à part, cette moto est cool car c’est une proposition différente et un retour aux origines du scooter, un peu oublié aujourd’hui. La Yamaha D’elight me rappelle précisément ces simples scooters 2T qui ont été vendus il y a 20 ans comme le Piaggio Zip ; des véhicules extrêmement bas et compacts, avec un cul très gros et des roues ridiculement petites de 12 et 10 pouces pour les ponts avant et arrière respectivement.

Si vous avez déjà eu l’occasion de faire du vélo comme ça, vous conviendrez avec moi que c’est une question d’agilité et de maniabilité. Avec de telles roues, la Yamaha D’elight est presque capable de tourner sur son propre essieu et de faire un changement de direction dans un pouce d’espace.

Il pèse 99 kg et a une largeur de 685 mm, ce qui en fait le véhicule idéal pour zigzaguer entre les voitures. Le fait d’être si maniable et agile dans les changements de direction est très pénible, c’est-à-dire la stabilité à grande vitesse. Cette moto est très intéressante pour rouler dans le noyau dur des villes, alors que si vous avez à l’esprit également Voyage sur les rondes et les routes de contournement à des vitesses supérieures à 70 km / h, il est préférable de chercher autre chose avec la roue supérieure.

Mécaniquement, il est animé par un simple moteur monocylindre refroidi par air à deux soupapes. C’est un mécanicien silencieux qui « finit » à 7000 tours et produit une puissance modeste de 8 chevaux. De toute façon, ce n’est pas un problème, puisque, comme je l’ai dit, cette moto est pour se tortiller dans des zones étroites plutôt que pour la vitesse pure. Malgré tout, il est capable d’atteindre une vitesse de pointe de 95 km/h.

Il est équipé d’un système de freinage combiné, d’un siège large, d’un siège cogedor et d’un peu plus. Le D’elight est probablement le vélo le plus facile et le plus abordable à conduire dans cette comparaison en raison de son faible poids et sa petite taille, idéal pour les débutants qui ont un peu peur des motos. Yamaha demande 2 500 euros pour cela, un prix un peu élevé pour ce qu’il nous offre, bien que si nous voulons expérimenter la conduite avec une roue basse, nous n’avons pas d’autre alternative.

Adresse Suzuki

Avec Suzuki, quelque chose de similaire arrive à ce que nous avons vu dans le cas de Yamaha, ce sont des fabricants que nous n’associons généralement pas à la vente de scooters et beaucoup de gens ne savent pas qu’ils ont des modèles de ce type qui sont là pour la vente. L’adresse Suzuki est un peu dans la lignée de la Piaggio Liberty ou de la Peugeot Tweet, mais sans le souci du design et du détail typique des constructeurs européens. Tout ici est plus simple et plus pratique, plus japonais.

Esthétiquement, l’adresse Suzuki a des lignes très neutres et une digestion facile. Cela ne dérangera personne, mais vous l’oublierez dès qu’il s’échappera de votre champ de vision. Esthétique en dehors de ce vélo est très valable. Suzuki vous en demande 2 250 euros et en échange vous obtenez un vélo simple, très compact et austère.

Ce modèle se distingue par ses petites dimensions. Avec une largeur de 665 mm, c’est le plus étroit de notre liste et c’est aussi l’un des plus courts. Le poids est une autre de ses forces : 97 kg prêt à rouler. Ces données, associées à ses 14 jantes et ses pneus extrêmement étroits, confèrent à la Suzuki Address une grande agilité et une grande maniabilité. C’est l’un de ces « bardeaux » qui peut s’adapter n’importe où et changer de direction presque télépathiquement.

Le moteur est un autre de ses points forts. Il s’agit d’un monocylindre de 113 cm3 refroidi par air. Il dégage une puissance timide de 9,1 ch, mais sa consommation est vraiment mesurée. Il s’agit de moyennes qui se situent autour de 2,2 litres en conduite réelle, un chiffre vraiment frugal qui ne fait que surpasser la Honda Vision 110, modèle dont le prix de vente est lié, curieusement. Le réservoir d’essence est de 5,2 litres, on peut donc parler d’une autonomie réelle d’environ 240 km.

Le problème avec cette moto est qu’elle est si petite à l’extérieur qu’elle ne laisse pas beaucoup de place à l’intérieur. La boîte sous le siège est petite, le plancher plat est assez court et n’a pas de boîte à gants ou de trous pour transporter des objets dans le bouclier avant. Le bon côté est que grâce à sa légèreté et ses roues fines, le monocylindre tire très bien et peut atteindre une vitesse maximale de 110 km/h, ce qui vous permet d’effectuer des virages et de contourner les routes.

Avec l’adresse Suzuki, nous terminons notre examen des principaux navetteurs à vendre dans notre pays. Ce ne sont pas les plus belles motos, les plus équipées ou les plus fonctionnelles, mais il est clair que lorsqu’il s’agit de se rendre du travail à la maison et de la maison au travail est difficile de les surmonter, tant en prix d’achat et en coût d’utilisation qu’en agilité face au trafic urbain toujours plus dense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post